La loi française sur l’énergie et le climat ajoute la couverture de la biodiversité, des écosystèmes et des énergies renouvelables aux rapports extra-financiers des investisseurs

La loi climat énergie de 2019 actualise les exigences fixées dans son Loi de transition énergétique 2015, qui ne couvraient que les objectifs climatiques dans les rapports des investisseurs non financiers. La nouvelle loi 2019 prend également en compte « la préservation de la biodiversité des écosystèmes et des ressources naturelles, notamment la participation à l’objectif d’artificialisation nette zéro et le recours aux énergies renouvelables ».

Article 29 de la loi énergie climat fournit des détails sur les divulgations attendues à la fois sur la biodiversité et sur le climat. Elle oblige les institutions financières à publier des informations sur la partie de leurs actifs qui répond aux critères environnementaux établis dans la taxonomie de l’UE.

Par ailleurs, la loi climat et énergie fixe l’objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, de réduire la consommation d’énergie fossile de 40 % d’ici 2030 et de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité de 50 % d’ici 2035. Elle prévoit également des plans pour la fermeture des quatre dernières centrales à charbon du pays d’ici 2022, ainsi que diverses mesures pour soutenir le développement des énergies renouvelables : hydrogène, photovoltaïque et éolien offshore.

En mai 2021, un décret d’application de l’article 29 oblige toutes les institutions financières à divulguer les risques liés à la biodiversité et les risques liés au climat, en utilisant le concept de double matérialité. Les institutions financières devront également divulguer leur stratégie de réduction des impacts sur la biodiversité. Ils doivent inclure des objectifs spécifiques et une mesure d’alignement sur les objectifs internationaux en matière de biodiversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.